Tuesday, March 4, 2008

Mauvaise humeur

Ce soir je suis dans mes bibittes. Autant écrire, ça va peut-être faire du bien.

Samedi j'ai coupé les ponts pour de bon avec mon ex-copain, avec qui j'étais resté "amis", si on peut appeler ça de l'amitié. Depuis un bout de temps, je songeais à rompre pour de bon cette relation, parce qu'elle ne m'apportait plus rien de positif, au contraire. Inconsciemment (je crois) c'est un homme extrèmement manipulateur et culpabilisant, et plus le temps passait, plus je m'apercevais que j'entretenais la relation bien plus pour lui que pour moi. Samedi il a dépassé les bornes et j'ai coupé contact avec lui. Ironiquement, j'ai coupé les ponts parce que je n'en pouvais plus de me faire culpabiliser, mais je me sens coupable de l'avoir fait! Et je m'en veux de me sentir coupable, et je lui en veux de générer en moi toute cette négativité. Ce soir, je me retrouve pleine de rancoeur et d'amertume, et j'ai besoin de lâcher prise. C'est difficile.

Mon nouvel amoureux, à l'opposé, est un ange. Il prend soin de moi, il me gâte, me chouchoute, me chéri.... s'en est déstabilisant. Je me sens aimée, et j'en veux à mon ex de n'avoir jamais été comme ça avec moi. Et pourtant, je n'ai que moi à blâmer, puisque c'est moi qui suis restée avec pendant 10 mois, même si je savais depuis le tout début qu'il n'était pas amoureux de moi, puisqu'il me l'avait dit. Je m'étais mis dans la tête qu'il m'aimait bel et bien, mais qu'il avait peur, et qu'à force d'amour et de patience, je finirais bien par vaincre ses peurs. Je l'ai quitté après 10 mois de manipulation, de colères..... Ce soir j'en suis à un point où j'oublie les bons moments..... Pourtant, il a bien fallu qu'il y en ait, pour me garder avec lui pendant 10 mois. En fait, 10 mois c'est court, quand on y pense..... Et pourtant ce fut assez pour faire naitre en moi toutes sortes de peurs, de réflexes aberrants..... Ce fut assez pour que j'aie peur de dire à nouveau "je t'aime" de peur de me heurter à un silence en retour. Ce fut assez pour que j'aie le goût de pleurer quand mon Franco prend soin de moi, parce qu'on dirait que je me sens comme si je le méritais pas. Je me sens comme salie par ce 10 mois de relation de couple qui n'en était même pas un, et par les 6 ou 7 mois "d'amitié" qui ont suivis. Je me sens salie, et je me sens injuste de me sentir comme ça. En fait, je me sens plein de choses toutes mélangées ensembles et pas belles. Je suis confuse, et amère..... J'ai mal.

Et pourtant, y a de l'espoir dans mon cas! Ma nouvelle relation s'annonce si belle! L'homme que je découvre de jour en jour m'apporte de jour en jour de nouvelles raisons de m'émerveiller de la vie, de remercier la Déesse de l'avoir mis sur mon chemin, de rendre grâce pour le miracle de suite de "hasards" qui l'ont fait entrer dans ma vie. Et, au fond, si je n'avais pas vécu cette laide relation avec mon ex, je n'aurais jamais enclenché ni accompli tout le travail sur moi même qui a fait que j'étais prête à rencontre un homme comme Franco. Comme quoi même dans la laideur il y a des graines de beauté.

J'avais raison, ça me fait du bien d'écrire, parce que je m'aperçois que plutôt que d'être amère de cette vieille relation à laquelle je viens de mettre un terme définitif, j'ai plutôt des raison d'en éprouver de la gratitude, puisque c'est cette relation qui m'a permis de me rendre compte de tellement de choses sur moi-même, et de finalement m'en affranchir, et m'épanouir. D'être bien avec moi même, de devenir indépendante...

Merci, Belle Déesse. Merci à mon moi supérieur également, d'avoir choisi de vivre cette étape difficile, afin de me connaitre d'avantage, et de me permettre de trouver qui je suis. Je me sens mieux, à nouveau plus sereine. Merci, merci, merci.

6 comments:

Anonymous said...

Nos erreurs sont une merveilleuse façon d'en apprendre sur nous-même, et parfois bien plus enrichissante que nos réussites. Je retrouve aussi un peu de mon parcours en toi, en tes lignes, des souvenirs d'amours déçevant, destructeurs, usant, non-épanouissant, jusqu'au jour où la prise de conscience permet de tourner la page et de s'ouvrir à des rencontres plus épanouissantes.

Sérénité said...

Merci, Sopdetmuti, tes commentaires me font toujours du bien. J'aime bien te lire aussi, je te sens un peu comme une soeur.... et comme une source de sagesse, de l'autre côté de l'océan ;) Je crois que tu as à peine mon âge, et pourtant je te vois parfois comme une femme d'âge mûr, qui a vécu plus que ses 29 (?) ans..... Vieille âme va!

Anonymous said...

Et j'ai aussi les quelques cheveux blancs qui vont avec.... lol

Sérénité said...

Ah ça! Je comprends parfaitement, j'ai eu mes premiers cheveux blancs à 24 ans.....

Anonymous said...

Félicitations!! C'est difficile de couper les ponts. C'est la chose la plus difficile à faire car on se sent si responsable des autres parfois... mais c'est faux, nous sommes responsables que d'une personne et c'est nous-même.

Sérénité said...

Merci Isis. Tu as bien raison. Je me sens encore un peu coupable, parce que je sais que le vide est en train de se faire autour de lui, et j'ai l'impression d'être une personne de plus qui l'a laissé tomber. Mais au fond, si le vide se fait, c'est que c'est lui même qui attire ça. Et peut-être, justement, que ça va lui prendre de se retrouver complètement seul, pour s'examiner et trouver les réponses dont il a besoin pour avancer.